News

Biotechs françaises : Une décennie de perdue… à rattraper ?

Les Biotechs françaises ont sousperformé sur la décennie écoulée. Alors même que des signes de reprise sont apparus ces dernières semaines, ce rattrapage est encore fragile et dépendra des Annonces des sociétés et surtout des Leaders Biotechs tricolores.

  • Comparaison entre les Biotechs françaises et les principaux indices français et américains depuis 2010

Sur ce graphique, on se rend compte de l'extrême décalage auquel on a assisté ces dix dernières années entre le comportement boursier des Biotechs françaises par rapport aux indices comparables Biotechs aux Etats-Unis. Le S&P Biotech (qui est calculé en équipondéré sur environ 140 Biotechs small et mid caps) a ainsi été multiplié par plus de 5,5. Alors que les Biotechs françaises ont perdu 50%.

Sur la même période, le CAC 40 a progressé d'environ 50% et l'indice Small et Mid France (CAC SMALL) a presque doublé.

Pourtant, lorsqu'on regarde la première partie de la décennie, jusque mi-2015, on se rend compte que les Biotechs tricolores étaient bien orientées : elles progressaient autant que le NASDAQ et surperformaient le CAC SMALL.

Depuis, force est de constater que nous avons assisté à un Bear Market qui n'a cessé de s'amplifier. Sans véritable reprise, puisqu'il n'a fait que baisser lors des 4 dernières années.

  • Comparaison entre les Biotechs françaises et les autres secteurs français depuis 2010

Ce tableau, qui inclut les sociétés de Diagnostic soit 38 valeurs françaises, résume assez bien la performance annuelle des principaux secteurs français depuis 2010. Tel qu'on peut le voir, et cela rejoint le commentaire précédent : le décalage a été flagrant lors des 4 dernières années, ou le secteur Biotech français a largement sousperformé l'ensemble des autres secteurs.

Si bien que sur la décennie écoulée, et alors même que 2014 avait propulsé de 85% les Biotechs tricolores après +27% et +8% en 2012 et 2013, le secteur Biotech est le 2e plus mauvais avec une performance Négative de 2% en moyenne par an sur 10 ans. Très loin du +14% annuel du secteur de la Consommation et du +11% des Techno. La sousperformance est de -10% par rapport au secteur Santé qui a affiché de son côté 3 années de repli sur 10 ans contre 6 pour les Biotechs françaises. Il est tout de même à préciser qu'en excluant les 7 sociétés de Diagnostic, le secteur Biotech a fait aussi bien que le secteur Santé (+8% / an sur 10 ans pour chacun).

  • Comparaison entre les Biotechs françaises et des autres pays européens depuis 2010

Ce tableau, qui n'inclut pas les sociétés de Diagnostic soit 31 valeurs françaises, montre assez bien le retard auquel nous avons assisté. Même si la performance moyenne annuelle a été de +8%, cela reste deux fois moins que la moyenne des 175 Biotechs européennes qui ont progressé de 16% par an en moyenne (en incluant les 31 Biotechs françaises du Thérapeutique).

Des pays comparables à la France comme l'Allemagne (+12% / an), le Royaume-Uni (+16% / an), la Belgique (+21% / an), la Suède (+23% / an), le Danemark (+26% / an) et la Suisse (+27% / an) ont fait beaucoup mieux.

 

  • Vers un rattrapage des Biotechs françaises ?

Les Biotechs françaises ont déjà récupéré 15% depuis leur plus de début Novembre 2019. Ce point bas coïncidait parfaitement avec le retracement de la hausse observée entre 2012 et 2015 (+300%).

On s'en rend compte sur ce Graphique (Vue long terme) du comportement boursier de l'ensemble des 31 Biotechs françaises qui développent des médicaments (uniquement Thérapeutique, en excluant les sociétés de Diagnostic).

 

On peut donc établir que potentiellement la fin de la purge s'est manifestée. Et que le terrain s'est assaini pour repartir de l'avant. Avec de nouvelles mains qui profitent de cours bas. Dans des volumes d'échange significatifs - autour de 40 à 50 Millions EUR par séance.

Toute la question sera maintenant de savoir si nous aurons une persistance dans le temps de ce rebond. Selon moi, le salut viendra des Leaders Biotechs qui devront montrer la voie au reste du secteur (car ce sont eux qui ont entraîné le reste des biotechs vers le bas ces 3 dernières années). En premier lieu Genfit et DBV, pour lesquelles on attend des annonces majeures cette année (au Q1 pour Genfit, et au Q3 pour DBV).

En attendant, même s'il existe un véritable rationnel pour qu'une poursuite du rattrapage du secteur s'opère cette année, tout cela reste encore fragile. Des annonces significatives de succès clinique (qui ont finalement manqué en 2019) et des Partenariats (qui ont permis de récolter 60 M EUR seulement en 2019 contre 300 M EUR environ en 2018) sont à espérer cette année pour soutenir cette reprise.

Recevez l’actualité Biotech par mail

Connexion

Tag Cloud

s2Member®