IBB
329.94
-1.33
-0.40%
XBI
83.91
-0.68
-0.80%
BIOTK.PA
1877.67
+3.76
+0.20%
NASDAQ
6426.922
+4.229
+0.066%
S&P500
2502.22
+1.62
+0.06%
^STOXX50E
3541.42
+1.83
+0.05%
AB.PA
8.29
-0.03
-0.36%
ADOC.PA
15.13
-0.15
-0.98%
ALCLS.PA
23.35
+0.04
+0.17%
DBV.PA
74
+0.48
+0.65%
ERYP.PA
23.8
-0.07
-0.29%
GNFT.PA
26.41
+1.3
+5.18%
ALHYG.PA
0.6
+0.01
+1.69%
IPH.PA
10.46
+0.02
+0.19%
NANO.PA
18.25
-0.08
-0.44%
ALNEV.PA
0.62
-0.01
-1.59%
COX.PA
9.447
-0.083
-0.871%
ALNOV.PA
0.81
-0.01
-1.22%
TNG.PA
3.33
-0.01
-0.30%
TXCL.PA
1.41
-0.04
-2.76%
VLA.PA
2.9
-0.02
-0.68%
IBB
329.94
-1.33
-0.40%
XBI
83.91
-0.68
-0.80%
BIOTK.PA
1877.67
+3.76
+0.20%
NASDAQ
6426.922
+4.229
+0.066%
S&P500
2502.22
+1.62
+0.06%
^STOXX50E
3541.42
+1.83
+0.05%
AB.PA
8.29
-0.03
-0.36%
ADOC.PA
15.13
-0.15
-0.98%
ALCLS.PA
23.35
+0.04
+0.17%
DBV.PA
74
+0.48
+0.65%
ERYP.PA
23.8
-0.07
-0.29%
GNFT.PA
26.41
+1.3
+5.18%
ALHYG.PA
0.6
+0.01
+1.69%
IPH.PA
10.46
+0.02
+0.19%
NANO.PA
18.25
-0.08
-0.44%
ALNEV.PA
0.62
-0.01
-1.59%
COX.PA
9.447
-0.083
-0.871%
ALNOV.PA
0.81
-0.01
-1.22%
TNG.PA
3.33
-0.01
-0.30%
TXCL.PA
1.41
-0.04
-2.76%
VLA.PA
2.9
-0.02
-0.68%
News

Celyad mise sur les données de C-Cure au congrès de l’ESCardio

Dans une lettre à ses actionnaires, la société wallonne Celyad revient sur l'échec de l'essai CHART-1 à atteindre son principal critère d'efficacité. Sans minimiser ce revers, le CEO Christian Homsy affirme ses raisons de croire "indubitablement" aux données et à la technologie. Compte tenu du besoin thérapeutique et des interactions précédentes avec l'agence européenne du médicament, Celyad ne renonce pas à obtenir une autorisation de commercialisation conditionnelle sur la base des données actuelles (l'autorisation définitive restant conditionnée à un essai de confirmation). En attendant les prochaines rencontres avec l'EMA, d'ici la fin de l'année, la firme apparaît impatiente de divulguer la totalité des données de CHART-1, retenues pour être présentées au congrès annuel de l'European Society of Cardiology lors d'une session "Late Breaking Clinical" le 28 août 2016 : "nous pensons qu’une fois que nous aurons communiqué les données de CHART-1 à l’ESC, la communauté médicale reconnaîtra cette avancée à sa juste valeur", indique le dirigeant.

"Le 28 juin dernier, nous annoncions que notre essai CHART-1 n’avait pas atteint son objectif d’efficacité. Il est certain que cette nouvelle est décevante" : en débutant en ces termes la dernière lettre aux actionnaires de Celyad, le docteur Christian Homsy commence par prendre acte de la déception ressentie à la fois par les actionnaires -avec à la clé une chute de 40% en une séance- mais aussi par les équipes qui travaillent depuis des années à la mise au point du C-Cure, une thérapie cellulaire destinée à régénérer le muscle cardiaque après un infarctus, et enfin par les nombreux patients souffrant d'insuffisance cardiaque sans solution thérapeutique réellement satisfaisante.

Reconnaître cette réalité ne signifie pas pour autant que le dirigeant, à la tête de l'ex-Cardio3 BioSciences depuis sa création en 2007, ait choisi de tirer un trait sur C-Cure. Au-delà du critère principal, "avons-nous des raisons de croire aux données et en la technologie ? La réponse est oui, indubitablement !", affirme-t-il.

À l'appui de cette conviction Celyad cite d'abord le fait qu'un groupe représentant 60% des patients recrutés a répondu au traitement de manière très significative, tant au niveau clinique que statistique. Les investigateurs ont pu catégoriser précisément ces patients répondeurs par rapport à un certain volume télé-diastolique autrement dit un certain volume du muscle cardiaque (un indicateur du degré d'insuffisance cardiaque dans la mesure où -au risque de schématiser- plus le coeur a de la difficulté à pomper vigoureusement pour assurer un débit sanguin suffisant, plus son volume tend à augmenter pour compenser).

Toutefois, en raison de l'embargo demandé par le congrès européen de cardiologie, Celyad ne peut pas encore divulguer quels sont ces patients répondeurs. En théorie plusieurs hypothèses sont envisageables :
a) un effet sur les patients les plus malades (hypothèse : l'effet du traitement sur les personnes en insuffisance cardiaque modérée n'est pas assez fort pour se distinguer du placebo de façon statistiquement significative)
b) un effet plutôt sur les patients moins malades (hypothèse : si la maladie est trop avancée, la dégradation du muscle est irréparable surtout avec l'injection unique prévue dans l'essai)
c) un effet sur les patients en stade intermédiaire (mix des deux hypothèses précédentes).

La réponse interviendra le 28 août lors d'une présentation du docteur Jozef Bartunek, du centre de cardiologie de l'hôpital d'Alost et co-investigateur principal de CHART-1. Element important, la catégorisation des patients selon leur volume télé-diastolique s'est faite en amont de l'essai, et non a posteriori.

Quoi qu'il en soit, Celyad pense que la teneur des résultats obtenus sur ce sous-groupe (avec une p-valeur de 0,015) justifient, dans un contexte de fort besoin médical, de rechercher le soutien de l'autorité européenne. "Notre stratégie est de rencontrer, à l’automne le co-rapporteur clinique désigné par l’Agence Européenne du Médicament. Si nous obtenons son feu vert à l’issue de cette réunion, nous entreprendrons une consultation scientifique officielle avant la fin de l’année, suivie d’une réunion de pré-soumission et d’enregistrement de la demande d’Autorisation de Mise sur le Marché aux environs du second trimestre 2017", indique la firme de Mont-Saint-Guibert.

S'agisssant de l'essai CHART-2, autorisé récemment par la FDA, Celyad compte modifier les critères d'inclusion afin de s'adresser aux patients qui présentent un VTD similaire à celui des patients répondeurs de CHART-1. En parallèle, l'entreprise affirme qu'elle va entamer des démarches en vue d'obtenir, sur la base de CHART-1, le statut de Breakthrough Therapy Designation de l'agence américaine. C'est un vrai pari car les biotechs ne divulguent habituellement pas le fait qu'elles demandent ce statut... de façon à ne pas avoir à reconnaître qu'elles ne l'ont pas obtenu le cas échéant (le statut BTD est beaucoup plus sélectif que le Fast Track puisqu'environ 25% des demandes seulement sont satisfaites).

"Nous pensons plus que jamais que C-Cure peut constituer un traitement potentiel pour l’insuffisance cardiaque. Nous disposons désormais de la preuve que cette technologie est efficace sur un grand nombre de patients et qu’elle améliore significativement leur condition [...] ces résultats nous poussent à explorer, avec l’AEM, les pistes réglementaires que nous pourrions suivre pour éventuellement obtenir son accord et trouver un partenaire à même d’assurer les développements futurs du produit et de le commercialiser", indique le dirigeant avant d'aborder l'autre plate-forme technologique du groupe, consacrée à l'immuno-oncologie. "Nous pensons que, d’ici à la fin de l’année, Celyad deviendra l’un des leaders dans le domaine des CAR-T", indique notamment Christian Homsy alors que la société doit bientôt publier des résultats importants sur son programme CAR-T NKG2D.

Recevez l’actualité Biotech par mail

Connexion

Tag Cloud

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Celyad signe un accord avec le leader japonais de l'immuno-oncologie Ono Pharmaceutical

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


s2Member®