News

Valneva mise gros sur les vaccins du voyageur

Graphique sur 1 an - Source : Yahoo Finance

Le marché n’apparaît pas effrayé outre mesure par le projet de Valneva (VLA) de rachat du vaccin anti-cholérique Dukoral. Malgré l’annonce d’une prochaine augmentation de capital qui pourrait amener la création de 20 % d’actions supplémentaires, l’action Valneva SE n’accusait qu’un repli de 5 % environ lundi (au sein d’un marché parisien en forte baisse).

La société issue du rapprochement entre Vivalis et Intercell a signé un accord en vue d’acquérir la branche suédoise de son concurrent Crucell (filiale de Janssen, la branche pharmaceutique du géant américain Johnson & Johnson), qui comprend essentiellement le vaccin anti-infectieux Dukoral.

L’entité rachetée, Crucell Sweden AB, correspond au périmètre de la biotech suédoise SBL Vaccin que Crucell avait lui-même acheté en 2006 pour 39,4 millions d’euros en numéraire.

Les activités acquises ont généré un chiffre d’affaires de 38 millions d’euros en 2013 et de 23 millions d’euros sur les neuf premiers mois de l’année 2014 provenant de la vente du vaccin Dukoral et de la distribution d’autres vaccins pour des tiers. Dukoral est le seul vaccin homologué dans la prévention du choléra et la prévention de la plaisamment dénommée diarrhée du voyageur causée par l’escherichia coli entérotoxigène (ETEC). Ce vaccin n’est pas destiné à traiter la maladie mais à être injecté de façon préventive aux personnes amenées à se déplacer dans des zones à risque.

Valneva compte ainsi se renforcer dans les « vaccins du voyageur », en rapprochant Dukoral de son Ixario (vaccin contre l’encéphalite japonaise).

« Dukoral est le seul vaccin ayant été approuvé dans la prévention du choléra et de la diarrhée du voyageur causée par l’ETEC. En ajoutant ce second vaccin du voyageur à notre portefeuille ainsi que ses activités commerciales, nous renforçons les fondations sur lesquelles repose notre croissance future. Cette acquisition est également en ligne avec la stratégie de Valneva de renforcer son portefeuille de vaccins commerciaux et d’accélérer la progression de la société vers l’autonomie financière »,  ont indiqué Thomas Lingelbach, Président et CEO de Valneva et Franck Grimaud, Président et CBO (Chief Business Officer).

Le montant de la transaction s’élève à « environ 45 millions d’euros ». Pour la financer, Valneva projette à la fois une augmentation de capital et un prêt structuré.

L’augmentation de capital atteindrait 45 millions d’euros, dont environ 44 % faisant déjà l’objet d’engagements de souscription. Parmi les investisseurs, la Bpifrance reste fidèle au poste tandis que deux nouveaux la rejoignent, Athyrium Capital Management et Capital Ventures International. Fondé par Jeff Ferrell, Athyrium gère environ 600 millions de dollars d’actifs investis exclusivement dans les sciences de la vie. Etablie à New York, la firme comprend parmi ses partenaires le français Laurent Hermouet (ex-Goldman Sachs, ex-Tribeca/Citi) et compte quelques belles réussites dans son portefeuille (Vertex, BioFire, SynCardia, Zealand Pharma etc.). Capital Ventures International est une société moins connue, apparemment basée aux Caymans, mais qui est déjà intervenue dans des opérations de biotechs françaises comme Nanobiotix, Onxeo ou Stentys. Athyrium et Capital Ventures achèteront des droits de souscription auprès de Groupe Grimaud la Corbière, l’actionnaire historique de Valneva qui détient environ 21% du capital. Le groupe réinvestira le produit de cession de ses droits en souscrivant à la levée de fonds.

De plus, Valneva a conclu avec Athyrium une convention de prêt pour 15 millions d’euros supplémentaires. Ce prêt, garanti par Valneva SE et par une sureté sur les actifs acquis est conclu pour cinq ans, portera un intérêt annuel de 11 % et devra être remboursé en numéraire à l’échéance.

Au total, c’est une très grosse opération pour Valneva dont les effectifs vont grossir de 115 postes (en équivalent temps plein). Outre la dilution à venir, les financements mis en place se traduiront par des intérêts d’emprunt de 1,65 million d’euros par an, qui s’ajoutent aux 2,85 millions de dollars d’intérêts annuels versés à Pharmakon Advisors dans le cadre d’un précédent prêt high yield, contracté en décembre 2013. En face de ces moyens importants, Valneva n’a pas encore chiffré ses ambitions commerciales et les synergies attendues sur le créneau des vaccins des voyageurs.

Recevez l’actualité Biotech par mail

Connexion

Tag Cloud

s2Member®