News

En 2016 Valneva percevra des redevances de GSK sur un vaccin contre la grippe

Après une vive déception en R&D, Valneva entend démontrer ses progrès sur le plan commercial. La société a ainsi annoncé qu'elle allait percevoir dès 2016 des royalties pour un vaccin humain produit sur sa lignée cellulaire EB66. De quoi améliorer encore la rentabilité de cette plate-forme dont les investissements liés à sa mise au point sont terminés.

GlaxoSmithKline (en collaboration avec l’un de ses partenaires, non nommé ici), a effectué sa première livraison de vaccins contre la grippe pandémique produits sur la lignée cellulaire EB66. Valneva avait accordé dès 2007 au britannique une licence exclusive mondiale dans le domaines des vaccins contre la grippe (tant saisonnière que pandémique). Selon les termes de cet accord, Valneva percevra des redevances sur les vaccins produits dans le cadre de la constitution de stocks.

"Comme l’ont montré nos résultats annuels 2015, notre technologie EB66 devient de plus en plus rentable et nous pensons que cette tendance devrait se poursuivre avec l’arrivée sur le marché durant les prochaines années de nouveaux vaccins produits sur notre lignée EB66. La décision de GSK d’opter pour la technologie EB66 dans la mise en place de solutions de préparation à une pandémie illustre clairement les avantages de notre lignée cellulaire qui permet une fabrication rapide de vaccins à grande échelle. Valneva continuera à faire tout ce qui est en son pouvoir pour soutenir les actions entreprises par les gouvernements et les autorités de Santé dans le monde afin de répondre à la menace d’une grippe pandémique mondiale", ont commenté les dirigeants de Valneva Thomas Lingelbach et Franck Grimaud.

Graphique sur 1 an - Source : Yahoo Finance

Lundi en séance, le titre Valneva ne profitait toutefois aucunement de cette annonce. Au contraire, l'action cédait 2% à 2,46 euros toujours proche d'un plus bas de sept ans atteint à la suite de l'échec du vaccin contre Pseudomonas aeruginosa. Certains opérateurs s'inquiètaient en effet de la possibilité de voir le vaccin Dukoral de Valneva concurrencé par Vaxchora, mis au point par le californien PaxVax, qui vient d'obtenir l'autorisation de mise sur le marché de la FDA.

Interrogée, la société française a précisé que compte tenu des particularités de Vaxchora (il s'agit d'un vaccin congelé, or seul les Etats-Unis autorisent ce type de vaccin) il n'est pas susceptible de venir concurrencer Dukoral en dehors du territoire américain. Il faudrait que PaxVax développe, teste et fasse homologuer une version non congelée pour envisager de distribuer son produit en dehors des USA.

Du reste, PaxVax et Valneva qui sont des sociétés assez comparables (création récente, développement réussi d'un réseau de distribution, en marge des quatre majors des vaccins) travaillent plutôt en bonne intelligence à l'heure actuelle. Les deux groupes ont signé en 2015 un accord selon lequel PaxVax doit assurer la promotion et la distribution du Dukoral de Valneva en Italie, en Espagne et au Portugal, tandis que Valneva doit se charger de commercialiser le Vivotif de PaxVax (contre la fièvre typhoïde) au Canada et dans les pays nordiques.

Recevez l’actualité Biotech par mail

Connexion

Tag Cloud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


s2Member®