News

Les vendeurs ont repris la main sur les biotechs françaises depuis 2,5 mois

Le contexte est pesant sur le secteur des Biotechs depuis mi-Avril, la quasi totalité des titres ayant été en baisse sur la période. Après déjà 3 années très difficiles sur le plan boursier (-29% en 2016, -22% en 2017, -27% en 2018), l'hémorragie continue. Sans lien, pourtant, avec le fondamental.

Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous, les biotechs tricolores sont au plus bas de 2019 (-9.2% en moyenne). Désormais, plus de la moitié sont en baisse en 2019 (55%).

  • Evolution moyenne des Biotechs françaises en 2019 vs pourcentage de titres en hausse depuis le 1er Janvier :

Ceci fait suite à 34 séances baissières lors des 47 dernières séances, leur faisant perdre plus de 15% depuis mi-Avril. Mis à part 4 valeurs (Adocia, Sensorion, Medincell et Advicenne) tout le reste des autres biotechs sont en baisse sur la période - soit 90% des titres biotechs, voir le tableau ci-dessous qui reprend la performance de chaque titre entre le 15/04/19 et le 24/06/19.

Dans un tel environnement, seule une poignée de titres performent tandis que de nombreuses sociétés déçoivent. Ainsi, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous, 1 biotech française sur 10 progresse de plus de 30% cette année (chiffre au plus haut), tandis que 1 biotech française sur 4 baisse de plus de 30%.

Ce qui est un indicateur que nous sommes sur un rendement / risque défavorable. D'ailleurs, les 5 titres ayant le plus performé en 2019 progressent en moyenne de 33% en moyenne (DBV, POXEL, LYS, AB, et ALSEN). Tandis que les 5 titres ayant le plus baissé cette année baissent de 66% en moyenne (SIGHT, GKTX, IVA, ALNOV, et ALTHX), ce chiffre étant à son plus bas de l'année.

Ceci s'explique difficilement de manière rationnelle. Car les 3/4 des annonces les plus significatives des biotechs françaises en 2019 ont été Positives (18 / 22). De notre point de vue, il s'agit donc davantage d'un problème de flux lié notamment à la défiance envers les petites capitalisations sur le plan général (on en est à 12 mois d'affilée de décollecte sur les fonds Small et Mid Caps, avec une baisse des encours de 25% sur 1 an selon les dernières données de Morningstar) et à une aversion face au risque (tous les investisseurs se ruent vers les Large caps en privilégiant les valeurs liquides, qui enchaînent les records) en particulier sur le secteur biotech.

Recevez l’actualité Biotech par mail

Connexion

Tag Cloud

s2Member®