[stock-ticker]
News

Après 33% de pertes depuis l’IPO, Abivax signe son plus fort rebond en intraday

Relativement peu traitée depuis son introduction en Bourse en juin 2015 compte tenu, notamment, d'un flottant réduit (environ 20% du capital, alors que les fonds gérés par Truffle représentent 68% des parts), l'action de la biotech Abivax a connu mardi 12 janvier une séance exceptionnelle. À l'annonce des données de l'étude de phase 2a ABX464-003, ABVX a gagné jusqu'à 19,48%, avant de voir sa performance ramenée à 9,77% en fin de journée, ce qui reste un record en clôture. Les volumes ont atteint plus de 26 fois le nombre de titres habituellement échangés sur séance.

Le rebond du jour permet de réduire la perte affichée par rapport au cours d'introduction à seulement -27,%, contre -33,7% la veille.

La société a fait savoir que son candidat médicament contre le VIH, ABX464, avait donné lieu à de premiers résultats positifs en phase 2a (recherche de dosage optimal), à savoir une diminution de la charge virale des patients exposés aux doses les plus élevées. Dans le même temps, Abivax a procédé à une nouvelle mise à jour de son plan de développement.

Dans cette phase 2a, randomisée et en double aveugle, le candidat ABX464 a été étudié en monothérapie en comparaison à un placébo, chez des patients atteints du VIH n'ayant jamais reçu de traitement antiviral. Les cohortes de patients ont reçu des doses croissantes d'ABX464 une fois par jour jusqu'à 3 semaines. Chaque cohorte (25, 50, 75, 100 et 150 mg par jour)  comportait 6 patients traités avec ABX464 et 2 avec un placebo.

À l'issue du traitement, une réduction de la charge virale d'au moins 0,5 log (plus de 68% de réduction) a été observée chez la majorité des patients ayant reçu la dose de 150 mg  d'ABX464. En termes d'innocuité, le vaccin a été bien toléré par les patients sans aucun événement indésirable grave et/ou sérieux. Le détail des résultats notamment sur les autres cohortes n'a pas été fourni (en dehors du fait qu'une réduction de la charge virable n'a pas été observée dans le groupe placebo) mais Abivax compte les publier "lors de conférences scientifiques dans les prochains mois".

« Les résultats de cette première étude chez des patients atteints du VIH nous incitent à entamer le prochain essai de Phase IIa, au cours duquel nous analyserons l'impact de différentes doses d'ABX464, notamment en combinaison avec d'autres médicaments anti-VIH. Dans le cadre de cette nouvelle étude, mais aussi de celles à venir, nous tenterons également d'identifier des biomarqueurs prédictifs afin d'évaluer l'efficacité d'ABX464 » a indiqué le Professeur Jacques Reynes, Directeur du Département Maladies Infectieuses du CHU de Montpellier, et qui devrait prendre en charge le prochain essai sur le produit.

Parallèlement, la société a mis en ligne sur son site corporatif une nouvelle présentation, amendant à nouveau certains points de son plan opérationnel par rapport à la mise à jour de novembre dernier (lorsque Abivax avait divulgué envisager de relancer une seconde phase 2a, sur des patients européens cette fois, au lieu d'enchaîner directement par deux phases 2b).

D'une part, le calendrier sur ABX464 est affiné puisque si le démarrage de la prochaine phase 2a est toujours fixé dans le courant du premier semestre 2016, la lecture des résultats est maintenant positionnée un peu plus tôt, au troisième trimestre au lieu du quatrième. Par ailleurs, la présentation table sur un début de phase 2b à la fin du quatrième trimestre 2016, alors que précédemment elle mentionnait un début de phase 3 début 2017.

D'autre part, la présentation du pipeline ne fait désormais plus mention d'ABX220, un antiviral dans le traitement de la dengue en phase préclinique licencié auprès d'un institut de recherche biopharmaceutique cubain. Parmi les produits issus de la collaboration avec Cuba seul l'anti-HIV est désormais mentionné.

À lire aussi :

 

Recevez l’actualité Biotech par mail

Connexion

Tag Cloud

s2Member®