[stock-ticker]
News

Genticel offre une analyse complémentaire des données intérimaires sur GTL001

Graphique sur 1 an - Source : Yahoo Finance

Près de trois mois après l'annonce des résultats à douze mois de l'essai de phase 2 sur son vaccin GTL001, qui avait provoqué une chute du titre GTCL en Bourse, Genticel annonce les résultats d'une analyse complémentaire sur ces données intérimaires.

Cette analyse dite post-hoc (c'est-à-dire qui recherche des enseignements a posteriori) montre "une tendance vers la significativité statistique dans le sous-groupe des femmes présentant des anomalies cellulaires indéterminées (ASCUS1)".

Sachant que la clearance virale était déjà statistiquement établie, dès la mi-parcours de l'essai, chez les patientes avec cytologie normale (NILM, autrement dit aux premiers stades de l'infection), une analyse sur la population cumulée des patientes porteuses du virus mais avec une cytologie encore normale (NILM1) et des patientes présentant des anomalies cellulaires indéterminées mais pas encore de lésions (ASCUS1) fait ainsi apparaitre un effet sur la clearance statistiquement significatif (p= 0,0029).

Résumé des analyses par sous-groupes :

Clairance virale à 12 mois GTL001 Placebo p-valeur
Cytologie normale (NILM)-groupe prédéfini 20/32 (62,5%) 12/30 (40%) 0,018
Anomalies cellulaires indéterminées (ASCUS)- post-hoc 17/31 (54,8%) 12/34 (35,3%) 0,067
Total NILM et ASCUS - post-hoc 37/63 (58,7%) 24/64 (37,5%) 0,0029
Lésions de bas grade (LSIL)-post-hoc 20/54 (37,0%) 22/51 (43,1%) 0,560
Population totale- critère principal prédéfini 57/117 (48,7%) 46/116 (39,7%) 0,188 (N.S.)

Genticel rappelle que l'ensemble de ces patientes, qui ne présentent pas encore de lésions, constitue la très large majorité (plus de 80%) des femmes infectées par HPV que GTL001 entend traiter. Cependant, dans le cadre de l'essai clinique, ce sont surtout des patientes présentant déjà des lésions épithéliales pré-cancéreuses (cytologie CIN 1 et LSIL) qui ont été recrutées. Or, la charge virale tend à augmenter avec l'avancement des lésions, et le délai nécessaire pour éliminer l'infection est plus long.

"Ces données complémentaires très encourageantes sont indicatives du potentiel de GTL001 à apporter une solution thérapeutique aux femmes infectées par les deux types les plus dangereux d'HPV, avant l'apparition de lésions. Ces tendances devront être confirmées par les données à 18 puis 24 mois, mais ces observations sont extrêmement encourageantes et valident l'activité biologique de GTL001 chez les sujets porteurs de HPV 16 et / ou 18, avant l'apparition de lésions de bas grade", a déclaré Benedikt Timmerman, le président du directoire de Genticel. "Nous attendons avec confiance le terme de cette étude à 24 mois, prévu au 1er trimestre 2017".


Découvrez nos offres d'abonnement Basic et Senior

Recevez l’actualité Biotech par mail

Connexion

Tag Cloud

s2Member®