[stock-ticker]
News

Le projet de biomarqueur d’imagerie d’Oncodesign entre en phase clinique

La firme bourguignonne Oncodesign a fait part de l’ouverture de sa première étude clinique dédiée à l’évaluation de son premier radiotraceur chez l’homme, dans le cadre du projet IMAkinib mené en collaboration avec le spécialiste de l'imagerie moléculaire Cyclopharma et le centre de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc (CGFL) de Dijon.
Le premier patient atteint d’un cancer du poumon sera accueilli dans les prochaines semaines au sein du service d’oncologie médicale du centre. Il s'agit de la première molécule 100% propriétaire d'Oncodesign à entrer en clinique, la société ayant jusqu'ici assumé un rôle de découverte pour compte de tiers, notamment dans le cadre de contrats avec Ipsen, UCB ou Sanofi.

Un radiotraceur, parfois appelé médicament radiopharmaceutique, est une petite molécule associée à un isotope radioactif destinée à mettre en évidence par radiographie l'activité d'une fonction métabolique, d'une maladie ou encore d'un organe. En l'occurrence l’objectif de ce radiotraceur, désigné ODS2004436, est de mesurer la suractivité du récepteur de l'EGF au cours du développement d'une tumeur (l'EGF R est une protéine de l'organisme humain dont les mutations sont associées à différentes formes de cancer) afin d’adapter au mieux le traitement des patients et détecter précocement le développement éventuel d'une résistance au traitement.

Le radiotraceur sera visualisé grâce à un appareil de Tomographie par Emission de Positrons (TEP), un équipement classiquement utilisé en diagnostic clinique par imagerie nucléaire (principe proche de la scintigraphie).

L'essai de phase 0/1 vise à démontrer la sensibilité et la spécificité du radiotraceur chez l’homme dans les tumeurs du poumon. Il comportera trois phases, qui permettront d’une part de vérifier le marquage spécifique des tumeurs exprimant le récepteur EGFR muté, l’absence de marquage significatif des tumeurs non mutées, puis une phase de confirmation sur un nombre plus important de patients.

« Avec l’avènement des thérapies ciblées et de l’approche de médecine de précision, le développement de nouveaux biomarqueurs d’imagerie moléculaire est devenu essentiel pour apporter au patient le traitement le plus approprié, » a expliqué le Pr Fumoleau, Directeur du Centre Georges-François Leclerc. « Etant un membre fondateur de la plateforme Pharmimage au côté d’Oncodesign, il était naturel que nous conduisions cette étude clinique du premier radiotraceur issu du programme IMAkinib. »

« L’entrée en clinique de cette première molécule est une étape déterminante pour Oncodesign et toutes ses équipes. Elle marque le premier aboutissement de 20 années de travail et d’engagement pour proposer aux patients de nouveaux traitements contre les cancers ; la raison d’être d’Oncodesign, » conclut Philippe Genne, fondateur et PDG d’Oncodesign. « Le projet IMAkinib débuté en 2009 compte plusieurs programmes de radiotraceurs, dont le plus avancé est le développement du radiotraceur ciblant le récepteur EGFR activé. Nous assumons dans ce programme notre rôle de pionnier en pharmaco-imagerie avec le positionnement de nouveaux marqueurs moléculaires. Les tumeurs présentant une mutation activatrice de l’EGFR pourraient ainsi être plus efficacement traitées par les inhibiteurs de kinase spécifiques correspondant, d’où l’importance d’identifier ces mutations. »

Recevez l’actualité Biotech par mail

Connexion

Tag Cloud

s2Member®