News

Thrombogenics dans les temps pour sa phase 2 dans la rétinopathie diabétique

En occident, la rétinopathie diabétique est la première cause de cécité avant 65 ans.

La société du Brabant flamand ThromboGenics a annoncé avoir recruté le premier patient dans le cadre de l'étude multinationale de phase 2 CIRCLE, évaluant l'ocriplasmine chez des personnes atteintes de rétinopathie diabétique, afin de prévenir une cécité chez ces patients à haut risque. L'entreprise voit dans cette indication une opportunité commerciale significative, la rétinopathie diabétique figurant comme la première cause de cécité chez les moins de 65 ans dans la plupart des pays occidentaux. La rétinopathie diabétique -voir description sur le site de la Fédération française des diabétiques- a un effet direct (elle peut entraîner jusqu'à un décollement de la rétine) et indirect car elle accélère la survenue d'autres pathologies comme le glaucome ou la cataracte. La moitié des patients souffrant de diabète de type 2 seraient concernés par cette maladie.

D'ici la fin de la décennie, 6 millions de personnes rien qu'aux USA risquent d'être touchés par la rétinopathie diabétique dont 1,34 million à un stade prolifératif, risquant une perte définitive de la vision selon l'American Academy of Ophthalmology.

Avec ce premier recrutement, ThromboGenics est quasiment en ligne avec sa prévision, rappelée en octobre dernier, d'un démarrage "vers la fin 2015".

Sous la marque JETREA, l'ocriplasmine est déjà commercialisée dans une autre indication oculaire plus restreinte, mais le niveau de ventes n'a jusqu'à présent pas répondu aux attentes. Néanmoins la sûreté du produit est ainsi largement établie (essais ORBIT, OZONE, OASIS, INJECT, OVIID).

CIRCLE vise à d'évaluer l'efficacité et la sécurité d'ocriplasmine, en injections intravitréennes (jusqu'à 3 injections) de 0,125 ou 0,0625 miligrammes chez des sujets atteints de rétinopathie diabétique modérément sévère à très sévère pour induire un décollement postérieur du vitré, afin de réduire le risque de cécité. Il a en effet été démontré qu'un décollement du vitré pouvait empêcher l'évolution de la rétinopathie vers un stade prolifératif menaçant la vision. Le décollement du vitré est un phénomène physiologique courant et relativement anodin (sauf évidemment s'il traduit une atteinte de la rétine) qui se manifeste par l'apparition des fameux corps flottants, ces taches ou filaments qui semblent flotter devant le regard du patient, un moindre mal par rappport à une perte de la vision.

La phase 2 prévoit d'enrôler 230 patients au total, 92 environ dans chaque bras actif et 46 dans le bras placebo, aussi bien en Amérique du Nord qu'en Europe. ThromboGenics espère recruter la totalité des patients sous douze mois. Le critère d'évaluation primaire de l'étude de cercle étant le pourcentage de patients manifestant un décollement total du vitré après trois mois, cela devrait permettre une lecture interimaire au second semestre 2017. Ensuite l'essai se poursuivra 24 mois après la première injection pour un suivi à plus long terme et pour l'évaluation de différents critères secondaires visant notamment à préciser le mécanisme d'action.

Le titre THR, qui a signé en 2015 un troisième exercice consécutif de forte baisse en Bourse de Bruxelles, profitait peu mercredi de cette annonce sans surprise.

S'agissant des prochaines étapes attendues par la société dirigée par Patrik De Haes, le démarrage au sein de sa nouvelle filiale Oncurious (dédiée au traitement de tumeurs cérébrales pédiatriques) de la phase 1/2a sur TB-403 dans le médulloblastome est prévu au premier trimestre 2016.

À lire aussi :

Recevez l’actualité Biotech par mail

Connexion

Tag Cloud

s2Member®